association départementale
des amis et parents
d'enfants inadaptés
meuse

Accueil > ESAT Industriel > Focus > MON CAP, je l’ai !!!

MON CAP, je l’ai !!!

MON CAP, je l'ai !!!

Publié le lundi 13 novembre 2017 à 15:38

 

Monsieur Henri ALEXANDRE est arrivé aux Ateliers de l’ADAPEIM de Bar Le Duc en septembre 2010 à l’âge de 19 ans.
Après un bref passage à l’atelier bois de chauffage, Henri émet rapidement le souhait de travailler en cuisine. Germe dans sa tête l’envie d’avoir un CAP de cuisinier.
L’ESAT revendique depuis toujours le principe d’éducabilité et s’engage naturellement à accompagner Monsieur Alexandre dans son projet.
Il intègre donc l’équipe de la cuisine de l’ESAT à Bar Le Duc. Après quelques mois de découverte du métier et de formation avec les moniteurs, Monsieur Alexandre s’inscrit au CFA Louis Prioux.
Il devient officiellement le premier apprenti de l’Adapei de la Meuse Agent Polyvalent de Restauration tout en étant ouvrier de l’ESAT.
Il apprend et s’applique pour mettre toutes les chances de son côté pour obtenir la récompense finale : Le diplôme.
Chose faite, en juin 2017, Monsieur Alexandre n’est plus un apprenti mais un professionnel reconnu titulaire du Certificat d’Aptitude Professionnel d’Agent Polyvalent de Restauration.

FELICITATIONS

 
Interview d’Henri Alexandre

Quel souvenir avez-vous de votre première journée au CFA ?
« La première fois que je suis arrivé au CFA, j’avais la boule au ventre. Je ne savais pas comment ca allait être. Je parlais pas beaucoup au début »

Qu’avez vous aimé le plus au CFA ?
« J’ai adoré la pratique avec Mme Jacquinot puis Mr Hilde. C’est ce que j’aime faire.
On faisait pas que de la cuisine, on faisait aussi du nettoyage
J’aimais bien les profs, quand j’étais en difficulté ils m’expliquaient, ils répétaient… Même les élèves m’ont aidé quand j’avais des problèmes.
Ca fait bizarre quand des élèves de 15/16 ans vous aide mais ca m’a fait plaisir »

Est-ce que c’était difficile ?
« C’est qui a été le plus difficile c’est les matières générales : Maths Français. On m’a beaucoup aidé. Les moniteurs, les professeurs surtout au niveau des maths. Ils me faisaient des exercices spéciaux pour moi pour m’aider là où j’arrivais pas. En plus à l’ESAT j’allais avec Régine faire du soutien scolaire . Cela faisait 7 ans que j’avais quitté l’école.

De quoi êtes vous le plus fier ?
« Quand j’avais des bonnes notes, j’étais fier. J’ai eu un 18 en pratique. Quand j’avais de mauvaise note, je me disais : bon ben faut que je travaille.
Mais c’est vrai que quand j’avais 10 ou 11, j’étais quand même content. Je me rappelle pas avoir eu la moyenne quand j’étais à l’école.
Et même des fois, j’arrivais avoir de meilleures notes que des apprentis dans le milieu ordinaire. Ca me donnait confiance »

Quels souvenirs avez-vous de votre examen final ?
« Quand j’ai passé le diplôme la première fois, j’étais stressé à mort. Une fois lancé dans l’épreuve c’est fini, on pense plus à rien.
A mon examen, je suis fier de mes notes en pratique.
En distribution et en nettoyage, j’ai eu 13. J’ai eu un peu moins de 10 en cuisine. Mais j’ai eu mon CAP »

Avez d’autres choses à ajouter ?
« Je voudrai remercier Yoan et Delphine, les moniteurs de l’ESAT pour leur patience et leur aide. Sans eux je n’y serai pas arrivé.
Je remercie aussi les directeurs, Mr Rambeaux et Mr Sanchez d’avoir accepté de m’accompagner dans mon projet et de m’inscrire au CFA »

Interview de Yoan Masson, Moniteur de cuisine à L’ESAT de Bar Le Duc

Comment avez-vous vécu ces années d’apprentissage avec Henri ?
« C’était compliqué, on a rien lâché. On l’a vraiment accompagné.
Nous l’avons soutenu, stimulé. C’est vrai qu’il a eu des moments d’incertitude. Notre rôle était d’être présent et de l’accompagner au mieux pour qu’il soit épanoui dans sa formation. Ce CAP, c’est une fierté pour lui et pour nous aussi.